4 plats traditionnels à savourer lors d’un séjour culinaire en Chine

4 plats traditionnels à savourer lors d’un séjour culinaire en Chine

La cuisine chinoise est sans doute l’une des plus célèbres dans le monde. Riche et diversifiée, elle est héritée de savoir-faire ancestraux, ce qui lui donne une place importante dans l’aspect culturel du pays. Des modes de cuissons particuliers, des ingrédients peu communs, etc. sont autant d’éléments qui la rendent aussi impressionnante. Afin d’en savoir un peu plus sur la gastronomie chinoise, nous avons sélectionné pour vous 4 plats traditionnels à déguster au cours d’un séjour culinaire dans le pays.

Le jiǎozi, le ravioli pékinois

Le jiǎozi est l’une des spécialités culinaires chinoises à découvrir absolument au cours de votre séjour en Chine. Il s’agit d’une sorte de ravioli se présentant sous forme de chausson farci d’un mélange de plusieurs ingrédients. Cet aliment est très consommé dans la partie nord-est du pays, et plus particulièrement à Shandong, Dongbeil et Pékin. Le jiǎozi est constitué d’une pâte à base de farine de blé tendre.

Cette dernière est fourrée d’une farce contenant principalement de viandes, de crustacés et de légumes. La recette la plus populaire dans la préparation de ce mets est celle du porc accompagné de cives et de champignons parfumés. Même s’il est souvent bouilli, le ravioli pékinois peut également être frit, suivant les envies.

Le canard laqué, le fameux plat à base de canard de Pékin

Impossible de faire une liste des plats traditionnels chinois à savourer sans parler du fameux canard laqué. Constituant l’un des symboles de la cuisine chinoise, il s’agit d’un plat réalisé à base de canard de Pékin. Il n’est donc plus à préciser que cette spécialité culinaire est originaire de Pékin. Bien que l’on peut déguster du canard laqué dans de nombreux pays dans le monde, le plat authentique se démarque par sa préparation à base de canard de Pékin.

Celui-ci après avoir été rôti plusieurs heures est caractérisé par sa peau à la fois luisante et croustillante. D’une manière générale, ce mets est servi avec une galette de blé ainsi qu’un assortiment de légumes crus. Pour sa dégustation, il est coupé en fines lamelles comprenant de la chair, un peu de graisse et la peau laquée.

Le porc sauce aigre-douce, le plat préféré des amateurs de sucré salé

Originaire de la province du ZheJiang, le porc sauce aigre-douce est l’un des classiques de la cuisine chinoise. Il est sans doute le plat sucré salé le plus apprécié des amateurs de ce type de saveur en raison de son goût plus fruité. En effet, le porc sauce aigre-douce est une spécialité gastronomique chinoise composée de petits morceaux de porc caramélisés. Sa sauce a pour particularité de contenir de l’ananas lui apportant un goût à la fois doux et un peu acidulé.

Traditionnellement, la recette est réalisée de morceaux de porc, de poivrons, d’oignons, de tomates, d’ananas ainsi que d’une sauce sucrée, salée et acidulée. Une association de saveur explosive qui nécessite toutefois une bonne maîtrise des dosages. L’aspect caramélisé et coloré du plat le rend encore plus appétissant.

Le Yáng ròu pào mó, la soupe à privilégier en hiver

Pour les amateurs de soupes ne seront pas en reste lors d’un séjour culinaire dans l’Empire du Milieu. En effet, la gastronomie chinoise propose un large choix de soupes savoureux et diversifié, à l’instar du Yáng ròu pào mó. Il s’agit d’une soupe épaisse préparée avec de la viande d’agneau ou de mouton. Très répandue dans le pays, elle est largement consommée dans la partie occidentale du territoire chinois, particulièrement dans le Shaanxi. En raison de sa consistance, le Yáng ròu pào mó est l’une des soupes les plus prisées pendant l’hiver et peut remplacer un plat tout entier au cours du dîner.

La particularité de cette soupe repose sur la saveur de son bouillon et sur les morceaux de pain que l’on y plonge. Concernant sa préparation, il est important de faire poser les os de mouton pendant plusieurs heures dans de l’eau fraîche pour supprimer l’odeur assez repoussante de la viande. Après cela, on les fait mijoter pendant 12 heures et on ajoute la viande. C’est la rigueur et la durée de sa cuisson qui rend cette soupe aussi épaisse.