Macis moulu Agrandir l'image

Macis moulu

Neuf

Vente de Macis moulu au poids, en sachet refermable. 

Le muscadier produit deux épices : la noix de muscade et moi-même, le macis. Plus raffiné et plus poivré que la noix de muscade, je viendrais la remplacer dans toutes vos recettes qu’elles soient salées, sucrées ou sucrées-salées.

Plus de détails

15 Produits

5,90 € TTC

En achetant ce produit vous pouvez gagner 74 points fidélité. Votre compte fidélité totalisera 74 points fidélité qui peuvent être convertis en un bon de réduction de 0,74 €.


  • Description du macis moulu :

     

    Tout comme la noix de muscade dont je suis très proche, je suis le fruit d’un arbre tropical à feuilles persistantes, le muscadier. Cet arbre peut atteindre 10 mètres de hauteur et vivre entre 50 et 90 ans.

    Je suis le macis, l’enveloppe fine comme de la dentelle qui entoure le noyau du fruit. Une coquille d'un brun sombre dans laquelle se trouve l’amande ou noix de muscade.

     

    Pour en savoir plus sur mes origines, il faut se fier à ma couleur :

    -          Si je tire sur le rouge écarlate je viens des îles Moluques en Indonésie

    -          Et si ma couleur est plutôt jaune orangé, je proviens de L’ile de Grenade.

    Lors de la récolte du fruit du muscadier, je suis séparé de la noix de muscade, aplati et séché au soleil.

    Je me présente alors sous forme d’éclats pointus, durs et cassants de 2,5 à 4 cm de long, de couleur orange foncé. On appelle ces fibres des arilles ou bien des fleurs de muscade.

     

    Vous me retrouverez sous la forme de poudre autrement dit de macis moulu en vente ici.

     

    Utilisation culinaire du macis moulu :

     

    Je possède un arôme et une saveur assez proches de celle de la noix de muscade mais en plus raffiné et poivré, ce qui ouvre mon champ d’utilisation culinaire. Je suis une véritable alternative à la noix de muscade.

    Sauce béchamel, quiche ou encore gratins de pommes de terre… j’en fais mon affaire. Venez me découvrir dans une recette de gratin dauphinois simple à réaliser et dans bien d’autres recettes sur le blog d’épices du monde.

    De par ma saveur brûlante, je conviens mieux aux plats salés. Vous pouvez ainsi m’utiliser en éclats dans vos sauces, vos potages, soupes de poissons, fruits de mer et autres liquides d’où je pourrai être retirés après cuisson.

    J’apporterai également tout mon arôme dans des préparations de chutneys, des recettes à base de viande blanche ou encore dans la cuisine de poissons fins comme le sandre, la perche ou encore le bar.

    Je suis idéal pour la cuisson des viandes en cocotte et incontournable dans les tartes salés d’Outre- Manche.

    On peut également m’associer à des pickles ou autres préparations vinaigrées ainsi qu’à bon nombre d’épices comme l’anis, la coriandre, le gingembre, la cannelle ou encore la cardamome.

    En France, mon utilisation reste faible et pourtant je ne manque pas d’atouts culinaires.

    On peut m’employer dans les charcuteries comme les saucisses. Je donne une saveur moins marquée dans tous les plats où est employée la muscade comme les gratins par exemple.

    Les plus aventuriers d’entre vous peuvent aussi m’essayer dans des plats sucrés comme par exemple sur un dessert caramélisé ou fruité (citron, poires…), dans un riz au lait ou encore dans un moelleux au chocolat avec un cœur fondant au caramel.

     


    Bienfaits pour la santé du macis moulu :

     

    Outre la finesse de mon goût, vous allez voir qu’il existe d’autres bonnes raisons de succomber à mon charme notamment d’un point de vue santé.

    Je favorise le sommeil et la digestion.

    Je suis également conseillé en cas de rhumatismes ou encore de douleurs respiratoires. Je viendrai aussi vous soulager de certains maux du quotidien comme les nausées ou la diarrhée.

     

    La petite histoire du macis moulu :

     

    Des traces de mon existence nous ramèneraient dès le 1er siècle avant JC. Mais en toute vraisemblance, on accorde bien souvent la découverte de la noix de muscade aux portugais sur l’archipel des Moluques en 1512, d’où mon appellation de muscade des Moluques.

    Au Moyen-Age, on me préférait même à la noix de muscade et j’étais vendu à des prix très élevés. 

    C'est au missionnaire Pierre Poivre que l’on doit mon introduction dans les îles de France et de Bourbon et notamment sur l’île Maurice. Tout comme le malouin Mahé de la Bourdonnais, il subtilisa quelques plans de muscadier aux hollandais qui étaient prêt à tout pour conserver le monopole dont ils jouissaient depuis 1602. Ils allaient même jusqu´à tremper les noix de muscade dans un lait de chaux pour en détruire leurs propriétés germinatives. L’île Banda était la seule île autorisée à l’exploitation du muscadier. Les hollandais détruisaient ainsi systématiquement les plants dans les autres îles de l´archipel.

    Au 17 -ème siècle, on m’utilisait comme remède contre certaines maladies mais aussi en beurre de muscade pour soigner les rhumatismes.

    Elles furent par la suite exportées par les anglais via la Compagnie des Indes orientales pour que de fil en aiguilles je me retrouve dans vos assiettes aujourd’hui.

     

    Chiffres clés :

     

    Aucun chiffre communiqué.

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

30 autres produits dans la même catégorie :