Poivre de Kampot noir Agrandir l'image

Poivre de Kampot noir

Neuf

Vente de poivre de Kampot noir au poids, en sachet refermable. Le poivre de Kampot tient son nom de l'état du même nom qui se trouve au sud du Cambodge. Le poivre de Kampot est reconnu comme étant l'un des meilleurs poivre par les grands Chefs.

Plus de détails

15 Produits en stock

4,90 € TTC

En achetant ce produit vous pouvez gagner 64 points fidélité. Votre compte fidélité totalisera 64 points fidélité qui peuvent être convertis en un bon de réduction de 0,64 €.


Basé sur 1 avis

Voir les avis
  • Je suis originaire du sud du Cambodge, de la région de Kampot, chère à Marguerite Duras qui y a vécu et qui parle de moi dans son roman « Un barrage contre le Pacifique ».

    J’ai une histoire très riche qui remonte au XIIIe siècle, et on retrouve ma trace dans les écrits d’un diplomate chinois Zhou Daguant à propos des coutumes du Cambodge.

    Mon premier essor a eu lieu lors de la guerre d’Aceh (1873 – 1907) qui opposa le sultanat du nord de Sumatra au royaume de Hollande. Le Sultan décida de faire brûler les poivrières, ce qui eut pour conséquence de déplacer le marché du poivre au Cambodge, et plus particulièrement à Kampot.

    Je suis issu de la lignée des piper negrum comme le poivre de Malabar ou le poivre de Sarawak. Je peux être vert, noir, rouge ou blanc en fonction de ma maturité au moment de la cueillette et de la manière dont mes grains sont préparés (séchage, trempage, etc.).

     

    Présentation du poivre de Kampot

    Comme le poivre de Penja, je suis considéré comme l’un des meilleurs poivres du monde.

    Dans ma région nous sommes deux poivres à avoir une excellente réputation, l’autre est le poivre long rouge de Kampot, même si ce dernier pousse, en fait, dans une province limitrophe.

     

    Comme je le disais plus haut, je peux être :

     

    • Vert, il faudra venir ici pour me goûter. Je suis récolté avant ma maturité, je suis moins piquant que le noir, mon arôme est extraordinaire.
    • Noir, je ne suis pas encore arrivé à maturité au moment de ma récolte. On me fait sécher au soleil et c’est là que mon péricarpe se fripe et prend la couleur que vous connaissez. Je suis puissant et subtil tout en proposant des notes fleuries avec un soupçon d’eucalyptus et de menthe fraiche.
    • Rouge, je suis récolté à pleine maturité, mon écorce est rouge. Mes notes fleuries subsistent, s’y ajoutent subtilement d’autres, plus fruitées, avec un profond goût de citron. Je suis moyennement piquant.
    • Blanc, je suis cueilli à la même maturité que dans ma version rouge. On va juste me débarrasser de mon péricarpe, et c’est ma graine que l’on fera sécher au soleil et qui prendra une couleur blanche. Je suis moins piquant que dans ma version noire et je possède des saveurs délicates d’agrumes, de sous-bois et d’herbes fraiches.

     

    Histoire du poivre de Kampot

    Je vous ai déjà parlé de ma généalogie et de ma place dans l’histoire. Il faut quand même savoir que je suis un rescapé. En effet, quand les Khmers rouges ont pris le pouvoir en 1975, ils ont décidé de détruire toutes les poivrières, de chasser les cultivateurs et de privilégier la culture du riz ou l’abandon pur et simple des champs. En 1979, quelques paysans résistants ont décidé de reprendre ma culture qui peu à peu s’est étendue, de nouveau, à toute la région de Kampot.

     

    Les saveurs du poivre de Kampot

    Nous avons détaillé, plus haut, les tonalités qui sont les miennes, en fonction de ma maturité. Ce qu’il faut en retenir c’est l’association des arômes de fruits comme la poire et la pomme avec celle de l’eucalyptus. C’est ce qui donne cette longueur en bouche appréciée par de nombreux palais.

     

    L’utilisation du poivre de Kampot

    Un conseil qui s’applique à presque tous les poivres, je ne supporte pas la chaleur, donc utilisez-moi en fin de cuisson. Trop cuit, je deviens amer et pas très agréable en bouche.

    Sinon, vous pouvez m’utiliser pour relever tous vos plats. Le mieux c’est d’essayer.

    Je peux juste vous aiguiller un peu :

    • Noir, je m’accorde très bien avec les viandes rouges
    • Blanc, je suis parfait pour souligner agréablement les produits de la mer, les sauces blanches, les béchamels, etc.
    • Rouge, je suis fait pour les gibiers et, à défaut de grains verts, je suis agréable aussi avec le canard !

     

    Voici une recette de soupe délicieuse au potimarron, au pâtisson et au poivre de Kampot.

     

    Préparation : 10 min/cuisson : 30 min

    Ingrédients pour 4 personnes

     

    • 1 potimarron
    • 1 pâtisson
    • 2 pommes de terre moyennes
    • 50 g de beurre
    • 1 cube de bouillon de légumes
    • Poivre blanc de Kampot
    • sel

     

    Préparation

    Lavez le potimarron et le pâtisson, mettez-les entiers dans le panier d’un cuit-vapeur (cuisson 30 min) ou d’un autocuiseur (cuisson 15 min). Si le panier est trop petit, cuisez-les en deux fois.

    Les laisser refroidir

    Épluchez les pommes de terre, les couper en gros morceaux puis les mettre avec le cube de bouillon, dans une casserole remplie d’un demi-litre d’eau. Portez à ébullition et cuire 20 min.

    Épluchez potimarron et pâtisson, les couper en 4 et retirer les graines.

    Mettez le tout avec les pommes de terres et le bouillon de cuisson dans le bol du mixeur et mixez finement.

    Ajoutez le beurre en petits morceaux (un trait de lait de coco c’est également délicieux), salez et trois tours de moulin de poivre de Kampot.

    C’est prêt !

     

    Les bienfaits du poivre de Kampot

    J’ai exactement les mêmes vertus que les autres poivres piper negrum. J’ai des propriétés digestives, antidépressives, antibactériennes, anti-inflammatoires, antioxydantes, etc.

     

    Le saviez-vous ?

    Aujourd’hui, pour obtenir du poivre blanc, on me débarrasse du péricarpe (l’écorce et la pulpe de ma baie) en me plongeant dans de l’eau. Avant c’était les oiseaux et les chauves-souris, qui raffolaient de mes baies rouges, qui s’en chargeaient. On récoltait ensuite mes graines dans leurs excréments. Certains continuent, ici, à Kampot de me récolter ainsi. Ce qui donne le poivre des oiseaux, le vrai, dit poivre « Birdy ». Certainement le poivre le plus rare et le plus cher du monde.

Avis clients

Avis à propos du produit
0
1★
0
2★
1
3★
0
4★
0
5★
6/10


Basé sur 1 avis

  • Florent D.
    Publié le 22/07/2019 à 11:16 (Date de commande : 02/03/2019)
    3

    Correct



Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

3 autres produits dans la même catégorie :